2e colloque des États généraux de l’action et de l’analyse féministes 25–26 mai 2012

Affiche États généraux de l'action et l'analyse féministes - colloque 2012

Crédit: Chantal Locat

Compte rendu – 8 juin 2012

Près d’une vingtaine de militantes de différents syndicats affiliés à la FTQ ont participé à cet important colloque du mouvement des femmes du Québec, qui a regroupé pratiquement 350 femmes de partout au Québec.

À cette occasion, les militantes féministes québécoises ont pu prendre la mesure du chemin parcouru depuis les vingt dernières années et discuter ensemble de divers sujets interpellant le mouvement des femmes. En effet, bien que nous ayons collectivement réussi quelques très belles victoires (pensons à la Loi sur l’équité salariale, au réseau public de services de garde à contribution réduite, au régime québécois d’assurance parentale, et bien d’autres), le mouvement des femmes essuie depuis plusieurs années des revers et des attaques des forces socialement conservatrices, y compris nos deux paliers de gouvernement. Par exemple, tous les groupes de défense de droits, y compris les groupes de femmes, ont vu leur financement fondre comme neige au soleil depuis 2006. La tenue de ce colloque relève donc d’un petit miracle et de beaucoup d’ingéniosité, de créativité et d’«huile de coudes» des militantes!

C’est ainsi que la journée du samedi, 26 mai, était consacrée au travail en ateliers selon différents thèmes : État, démocratie et capitalisme; violences patriarcales et masculines; santé des femmes; intersections des oppressions et alliances; mouvements des femmes – survie, autonomie et renouveau; paroles des femmes dans les sphères publiques; et projet de société féministe. Les femmes autochtones ont tenu leur atelier de discussion autonome sur leur vision du féminisme.

Les résultats des discussions ont par la suite été partagés en plénière et feront l’objet de tables de travail au cours de la prochaine année. Ces tables auront pour but d’approfondir la réflexion, notamment sur les stratégies à adopter par le mouvement des femmes pour les prochaines années, stratégies qui seront mises au jeu lors du grand forum féministe qui se tiendra à l’automne 2013. D’ici là, il reste beaucoup de travail à faire.

Par ailleurs, deux propositions d’appui ont été adoptées : la première sur les luttes étudiantes, et la seconde, sur les stratégies de développement du Plan nord et l’impact sur les communautés autochtones.

On peut affirmer sans complexe que c’est mission accomplie! Le colloque de mai 2012 est la preuve que la solidarité féministe est bel et bien vivante et plus forte que jamais!