2e rapport - lundi, 13 mars 2017

Journée de lobbying

Rencontre préparatoire pour coordonner nos interventions puisque le nouveau gouvernement Trudeau a accepté de recevoir environ 25 représentantes (1 de chaque organisation). Comparativement au gouvernement précédent (Harper) qui n’en acceptait que quelques-unes.

Les représentantes du CTC sont fières d’avoir obtenu un si grand nombre de places et indiquent que c’est de bon augure. Elles s’attendent à plus d’ouverture.

Le focus a été mis certains des enjeux : travail décent, équité salariale, harcèlement en milieu de travail, violence, santé mentale, etc.

 

En avant-midi, nous avons rencontré la ministre Hajdu.

Puisque le gouvernement s’est engagé à faire une loi sur l’équité salariale en 2018, les consœurs des autres provinces ont demandé aux représentantes québécoises d’intervenir sur cette question puisque que nous sommes en avance chez nous.

On l’a questionnée sur la pertinence d’attendre encore pour agir puisque qu’il suffit de prendre ce qui a déjà fonctionné dans les provinces qui ont déjà une loi sur l’équité salariale.

Le Québec s’était inspiré de l’Ontario et l’avait poussé plus loin en s’assurant de ne pas tomber dans les mêmes lacunes. Les outils et l’expertise sont développés. On l’invite à faire de même et à nous consulter.

En après-midi, nous avons rencontré la ministre Monsef pour le premier caucus.

Même si les conditions ou s’est tenue la rencontre à l’ONU ne sont pas optimales, on a senti son ouverture et son intérêt.
Malheureusement, cette rencontre nous a placées en conflit d’horaire avec une des conférences considérée comme un incontournable « Gender equality the Nordic way : what can we learn from it? ». On a toutes été déçues.

Ils ont mis en place une loi avant-gardiste. On nous a grandement invitées à s’en inspirer. C’est à suivre !

En soirée :

Réception de la délégation canadienne pour les ONG canadiennes. Ça m’a permis d’échanger avec des représentantes des autres ONG.

Dans leurs allocutions, les représentants du gouvernement, et plus particulièrement la ministre Monsef ont souligné l’apport des ONG aux avancements des droits humains.

Je me suis entretenue brièvement avec la ministre Lise Thériault. À la question sur les rencontres demandée dans le cadre du 8 mars, elle a réitéré qu’en tant que vice-première ministre, numéro 2 du gouvernement, elle ne considère pas nécessaire d’être accompagnée par le Premier ministre pour tenir la rencontre et que des dates nous avait été proposées. Bien que ce soit le collectif qui ait refusé ces dates, elle est ouverte à s’entretenir avec nous.

Nous étions également invitées à participer à une promo de la Commission de la condition de la femme de l’ONU sur l’égalité.

Nous avons eu la confirmation, tard en fin de journée que l’ONU serait fermée demain en raison d’un important blizzard et de consulter le site pour les évènements parallèles car certains seront annulés ou déplacés.

Joëlle Ravary, vice-présidente représentant les femmes de la FTQ