Des séminaires FTQ animés!

Conciliation travail-famille

Les 25 (Montréal) et 27 janvier (Québec), la FTQ tenait deux rencontres d’information sur le nouveau RQAP auxquelles près de 300 personnes participaient. L’objectif visé : informer les conseillers et conseillères syndicales et les membres de nos syndicats affiliés du contenu du nouveau régime.

Trois membres du Conseil de gestion sur l’assurance parentale, accompagnés de la vice-présidente FTQ, Johanne Vaillancourt, ont su, de façon très simple et accessible, présenter l’essentiel de ce nouveau régime en 4 temps: le pourquoi du régime, son contenu, les coûts et sa gestion. Ils ont également pris le temps nécessaire pour répondre aux très nombreuses questions de la salle.

D’entrée de jeu, le président du Conseil de gestion du RQAP, M. Denis Latulippe, a précisé que ce régime est un choix collectif que s’est donné le Québec et qu’il constitue un outil précieux non seulement pour les parents qui veulent des enfants, mais aussi pour les enfants et pour toute la société. C’est une mesure essentielle à la conciliation travail-famille. M. Latulippe était accompagné de Mmes Louise Labelle, secrétaire et directrice des affaires corporatives du Conseil et Johanne Vaillancourt, vice-présidente FTQ représentant les femmes et aussi membre du Conseil représentant la FTQ, ainsi que de M. Frédéric Allard, actuaire en chef au Conseil.

Une foule d’interrogations
Parmi les nombreuses questions soulevées : la décision conjointe des parents concernant le choix des options, le calcul des prestations (basées sur les dernières semaines), les prestations parentales partageables entre les parents, les grossesses successives, les coûts du régime, le choix de la période pour prendre le congé de paternité, les liens avec la Loi sur les normes du travail, le cas des personnes qui sont dans des entreprises de juridiction fédérale ou celles qui travaillent dans des provinces limitrophes mais qui résident au Québec, la cotisation des travailleurs et travailleuses, la gestion du régime, etc.

La question du retrait préventif pour la travailleuse enceinte a aussi suscité de nombreuses questions. Dorénavant, les femmes qui se prévalent de ce programme (retrait préventif) cesseront de recevoir leurs prestations de la CSST pour les quatre semaines avant la date prévue de l’accouchement. Elles se voient maintenant obligées de prendre un congé de maternité hâtif puisque ces quatre semaines de prestations sont maintenant «transférées» au RQAP. Il s’ensuivra donc une légère baisse de leur revenu puisque le remplacement du revenu passera de 90% (CSST) à 70% ou 75% selon l’option choisie dans le RQAP.

Johanne Vaillancourt a enfin rappelé qu’il nous revient maintenant à nous, dans les syndicats, d’ajuster nos conventions collectives, notamment au chapitre des régimes complémentaires de congés parentaux, mais également de la possibilité de prendre des semaines consécutives pour les congés de paternité et les congés parentaux, du cumul des avantages sociaux – y compris l’ancienneté – durant les congés, du maintien des droits pour le retour au travail, etc.

Le Comité de la condition féminine de la FTQ a eu raison d’insister : les séminaires que vient de tenir la FTQ sur ce tout nouveau programme ont connu un succès bœuf. Et on en redemande !