Journée mondiale pour le travail décent

Affiche - Journée mondiale pour le travail décent

L’Organisation internationale du travail (OIT) a proclamé le 7 octobre la Journée mondiale pour le travail décent.

Le 8 mars 2008, la CSI lançait une campagne « Un travail décent, pour une vie décente pour les femmes » visant à intensifier l’action syndicale pour l’atteinte de l’égalité entre les travailleurs et les travailleuses.

Le 7 octobre suivant a été l’occasion pour la CSI de souligner pour la première fois cette journée en reprenant le thème de la campagne visant particulièrement les femmes. Au Québec, les organisations syndicales, dont la FTQ, et d’autres groupes sociaux y ont participé dès le départ.
Cette année, la FTQ met un accent particulier sur la lutte contre le travail précaire et la pauvreté qui touchent particulièrement les femmes et les jeunes, afin d’identifier des pistes de solution.
Face aux attaques de plus en plus nombreuses subies par les syndicats et pour lutter contre la précarisation des emplois, le 7 octobre est une occasion de plus de reconnaître l’importance de la syndicalisation pour les femmes et pour l’ensemble de la société.

Ce qu’est un travail décent…

Le travail décent signifie pour tout le monde, hommes et femmes, l’accès à un emploi productif et justement rémunéré dans des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité.

Le travail décent repose sur quatre piliers : la promotion de l’emploi, les droits au travail, la protection sociale et le dialogue social.

L’Organisation internationale du travail (OIT) reconnaît aux organisations syndicales au sein de chaque pays un rôle essentiel dans le soutien et la mise en œuvre de cet objectif.
Quelques particularités des travailleuses
Les femmes occupent plus des 2/3 des emplois à temps partiel et 52 % des emplois temporaires; sont plus nombreuses à occuper un emploi saisonnier, à contrat, etc.; elles continuent d’occuper plus de 60 % des emplois au salaire minimum.
Elles sont particulièrement pénalisées par les critères d’admissibilité aux prestations d’assurance emploi car elles n’ont pas suffisamment accumulé d’heures.