La Marche mondiale des femmes: un aperçu

Marche mondiale des femmes

Marche mondiale des femmes le 14 octobre 2000: Une présence massive à Montréal

Marche mondiale des femmes le 14 octobre 2000: Une présence massive à Montréal

Il s’agissait d’un projet grandiose qui tirait son origine de la Conférence des femmes de Beijing, en 1995. Et dès ses tout débuts, la FTQ s’est impliquée à tous les niveaux de l’organisation et des activités entourant la Marche mondiale des femmes, répondant à une résolution du dernier congrès. Le Service de la condition féminine a piloté tout ce dossier et a assuré la mobilisation FTQ aux différentes activités.

La Marche a réuni plus de 6 000 groupes de 161 pays, dont un grand nombre d’organisations syndicales qui ont multiplié les actions locales, régionales, nationales et internationales pour dénoncer et éradiquer la pauvreté et la violence faite aux femmes. La Marche visait donc à interpeller l’ensemble des décideurs politiques et économiques quant à la situation des femmes, mais aussi à renforcer la solidarité et les liens entre les femmes du monde entier.

Pour ce faire, les femmes avaient élaboré des revendications à adresser à leurs gouvernements respectifs. Au nombre des revendications québécoises, mentionnons la révision des lois du travail (réforme du Code du travail, augmentation du salaire minimum, révision des normes minimales du travail, etc,), l’obtention d’une loi-cadre pour l’élimination de la pauvreté et une campagne de sensibilisation et d’éducation populaire sur la violence faite aux femmes.

Aucun effort n’a été épargné pour faire de ce projet un succès et la Marche mondiale des femmes était de tous les agendas : Bureau de la FTQ, Conseil général, Comité de la condition féminine, Rencontre biennale de réflexion en condition féminine, 8 mars, 6 décembre, dans les syndicats et dans les régions.