Le 17 octobre 2005 : le point

Marche mondiale des femmes

Rappel des cinq revendications québécoises

1.Pour l’égalité : Maintien intégral du Conseil du statut de la femme et du Secrétariat à la condition féminine au gouvernement ;

2.Pour la liberté : Campagne de sensibilisation sur la violence faite aux femmes ;

3.Pour la solidarité : Lutte à la pauvreté en couvrant les besoins essentiels ;

4.Pour la justice : Fin des disparités de traitements fondées sur le statut d’emploi dans les lois du travail ; et

5.Pour la paix : Fin des déportations de toute femme trafiquée ou victime d’abus dans le cadre d’un travail domestique.

À propos de nos revendications

Après les demandes de rencontres avec les ministres concernés, la campagne de fax et la mobilisation du 16 septembre dernier à Québec, quelques rencontres ont eu lieu avec la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, le ministre de l’Éducation et celui du Travail. Les femmes attendent toujours de la ministre à la Condition féminine des réponses à nos revendications d’ici le 17 octobre. Espérons maintenant qu’elles seront satisfaisantes !

À propos du 17 octobre

Diverses actions se dessinent dans plusieurs régions. Dans nos syndicats, la tendance est à l’organisation, à l’heure du lunch, d’une activité de sensibilisation aux cinq revendications québécoises à partir du guide-napperon conçu par la FTQ. L’important, c’est que ces revendications soient connues et appuyées par le plus grand nombre.

D’autres idées pour nos activités locales et régionales

Les organisatrices de la Marche mondiale des femmes proposent d’inclure des gestes communs à nos activités :

en faire un événement coloré (aux couleurs des revendications, soit le jaune, le rouge, l’orangé, le blanc et le vert) ;

faire du bruit ;

faire la lecture du préambule (ou d’extraits) de la Charte ;

traiter des cinq revendications québécoises ;

faire une chaîne humaine pour célébrer nos solidarités au cours de l’activité.

Au niveau national

Les responsables de la MMF se proposent d’organiser un point de presse le 17 octobre pour commenter les réponses obtenues à nos revendications.