Le droit à l’avortement en danger

Dimanche, 1er juin 2008 – Le droit à l’avortement en danger
La FTQ était de la manifestation à Montréal organisée par la Fédération du Québec pour le planning des naissances pour s’opposer au projet de loi C-484, Loi sur les enfants non encore nés victimes d’actes criminels.

Ce projet de loi privé, déposé par un député conservateur et déjà adopté en deuxième lecture au début de mars 2008, va à l’encontre du droit canadien voulant qu’un fœtus devient un être humain au moment où il est né et complètement sorti, vivant, du ventre de sa mère. La droite canadienne cherche à suivre la même tendance qu’aux Etats-Unis et ultimement, à recriminaliser le droit des femmes à l’avortement.

En théorie, le projet de loi C-484 semble vouloir protéger les enfants non encore nés dans les cas de violence conjugale. Mais en pratique, il n’apporte rien en matière de prévention ou de protection de la violence faite aux femmes et aux enfants. Selon Lucie Lemonde, professeure en sciences juridiques à l’UQAM, le système pénal canadien considère déjà la violence conjugale et même le fait que la victime soit enceinte comme facteur aggravant lors de la détermination de la peine pour l’agresseur. Si le projet de loi était adopté, ceci ne pourrait plus être plaidé.

Pour la FTQ, C-484 est un projet de loi anti-égalité et anti-liberté pour les femmes.