Pressions politiques et mobilisation

Marche mondiale des femmes

Marche mondiale des femmes le 15 octobre 2000: La délégation québécoise la plus importante à Ottawa

Marche mondiale des femmes le 15 octobre 2000: La délégation québécoise la plus importante à Ottawa

L’an 2000 a été particulièrement occupé à cet égard puisque dès le début de l’année, la FTQ intensifiait tant les pressions politiques que la mobilisation : interventions publiques sur la nécessaire augmentation du salaire minimum et sur la violence faite aux femmes, lancement d’une campagne de signature de pétitions et de cartes d’appui aux revendications, information régulière et participation aux activités.

Le Service de la condition féminine a aussi organisé la Rencontre biennale sur les deux thèmes de la Marche, soit la pauvreté et la violence faite aux femmes. Il a de plus orchestré la mobilisation et la logistique pour la participation en grand nombre de la FTQ au grand Rassemblement du 14 octobre à Montréal, à celui du 15 octobre à Ottawa et à l’événement culminant de la Marche devant le siège des Nations Unies à New York, le 17 octobre 2000, Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

Le Bureau de la FTQ a suivi et appuyé toutes les étapes de la Marche mondiale des femmes et les dirigeants, de même que les trois vice-présidentes aux postes réservés aux femmes, ont participé aux divers rassemblements, y compris celui de New York. Divers numéros du bulletin NouvElles, dont un spécial portant sur la Marche, ont également été publiés.

Même si la Marche mondiale des femmes est derrière nous, le dossier est loin d’être clos. La FTQ participe à diverses activités de suivi de la Marche car, faut-il le rappeler, on est encore loin d’avoir obtenu des réponses satisfaisantes à toutes nos revendications, tant du côté de Québec que d’Ottawa.