Un «réseau» d'activités pour ce 8 mars 2002

Journée internationale des femmes: 8 mars

Artistes et membres du SQEES-298 devant leurs oeuvres exposées à la FTQ dans le cadre des activités du 8 mars 2002. Plusieurs toiles ont été vendues et une part des recettes ira à la maison l'Éclaircie qui vient en aide aux femmes en difficulté.

Artistes et membres du SQEES-298 devant leurs oeuvres exposées à la FTQ dans le cadre des activités du 8 mars 2002. Plusieurs toiles ont été vendues et une part des recettes ira à la maison l'Éclaircie qui vient en aide aux femmes en difficulté.

Contrairement à ce que certains éditorialistes ou autres chroniqueuses et chroniqueurs ont soutenu, le «8 mars» est loin d’être dépassé. En effet, si l’enthousiasme semblait moins évident pour les activités régionales entourant la Journée internationale des femmes au cours des dernières années, 2002 s’est révélé une agréable surprise, en tout cas, dans les rangs de la FTQ !

Ainsi, grâce à la vente d’épinglettes dont la demande s’est avérée sans précédent, les conseils régionaux FTQ se sont surpassés cette année et redonnaient une belle vigueur aux activités en condition féminine, lesquelles furent nombreuses et des plus variées, répondant aux besoins et intérêts des militantes de leurs coins de pays. Plusieurs de ces activités se sont inscrites dans le cadre du réseau en condition féminine, tel que demandé lors du dernier congrès et les vice-présidentes représentant les femmes de la FTQ étaient de la partie. Des exemples ?

Dans nos régions …

  • Conférence de presse pour dénoncer les conditions de travail dignes du 19e siècle pour des travailleuses non syndiquées d’un centre d’appels ;
  • Plusieurs conférences portant sur la violence faite aux femmes, notamment celle en milieu de travail ;
  • Activités sur la conciliation des responsabilités familiales et professionnelles ;
  • Spectacle intersyndical «chansons, humour, divertissement».
  • … dans nos syndicats affiliés …

    Les syndicats affiliés ont également joué d’imagination pour souligner ce 8 mars avec leurs militantes :

  • Exposition de peintures par des militantes explorant diverses facettes de la conciliation travail-famille ;

  • «Souper-spectacle-conférence» sur la gestion du stress avec humour (au féminin !) ;
  • Formation mixte (condition féminine et santé et sécurité du travail) sur les violences en milieu de travail ;
  • Conférence sur les difficultés de conciliation travail-famille ;
  • Exposition d’œuvres variées d’artisanes et d’artisans membres du syndicat ;
  • Spectacle-conférence sur la violence faite aux femmes ;
  • Conférence sur la gestion du stress avec plaisir ;
  • Activité «portes ouvertes» pour faire mieux connaître le syndicat et ses nouveaux locaux aux travailleuses ;
  • Activités de réflexion sur les droits des femmes : le chemin parcouru et à parcourir ;
  • Conférence sur les violences faites aux femmes…
  • … et à la centrale même

    La FTQ n’était pas en reste puisqu’elle tenait une conférence de presse le 3 mars sur le dossier de la syndicalisation des femmes. La FTQ signifiait du coup qu’elle se joignait à la campagne triennale de syndicalisation de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), à laquelle elle est affiliée, tout comme le Congrès du travail du Canada (CTC). Y participaient le secrétaire général, René Roy, les deux vice-présidentes Suzanne Amiot et Johanne Vaillancourt et plusieurs «recrues», des travailleuses jeunes et moins jeunes nouvellement syndiquées venues témoigner des avantages pour les femmes de se syndiquer à la FTQ.

    Les trois vice-présidentes représentant les femmes ont été invitées, dans le cadre du réseau en condition féminine, à faire des présentations dans les conseils et dans les syndicats.

    Enfin, le Service de la condition féminine avait également publié un numéro du bulletin NouvElles intégrant une réflexion sur la violence faite aux femmes notamment, en écho au thème du 8 mars 2002 commun aux organisations syndicales et groupes autonomes de femmes du Québec. Il a aussi activement participé à nombre d’activités régionales et syndicales entourant la Journée internationale des femmes.