Ville de Montréal - Des vêtements de maternité pour les femmes cols bleus

Femmes et emplois non traditionnels

Diane Tousselle, comité de condition féminine; Sylvie Archambeault, première travailleuse à obtenir des vêtements de maternité; Louise Paquin, directrice syndicale à la section locale 301 du SCFP-FTQ. Le délégué syndical Ronald Babin n’apparaît pas sur la photo.

Diane Tousselle, comité de condition féminine; Sylvie Archambeault, première travailleuse à obtenir des vêtements de maternité; Louise Paquin, directrice syndicale à la section locale 301 du SCFP-FTQ. Le délégué syndical Ronald Babin n’apparaît pas sur la photo.

Le Comité de la condition féminine de la section locale 301 du SCFP-FTQ a négocié une entente avec la Ville de Montréal pour que les femmes cols bleus aient dorénavant droit à des vêtements de travail de maternité.

Par exemple, aux travaux publics, les cols bleus ont déjà droit à deux paires de jeans par année. Cette clause s’appliquera pour les travailleuses enceintes. Elles auront aussi droit aux salopettes, pantalons gris, chemises, couvre-tout et manteaux légers de maternité, selon leur secteur de travail.

Les femmes cols bleus sont au nombre de 1 200 à la nouvelle Ville de Montréal. Elles sont présentes dans plusieurs secteurs dont les travaux publics, l’entretien des arbres, des parcs, des bâtisses, des piscines et des bibliothèques, à la collecte des déchets et à la conduite de véhicules lourds. Elles occupent aussi d’autres postes non traditionnels tels que dans la soudure ou la frigoristerie ainsi qu’aux travaux d’aqueducs et d’égouts.