De l'autre côté du discours officiel?

ÉGALITÉ

Conférence de presse Ottawa le 22 fév. 2010

La FTQ est fière d’appuyer le rapport alternatif au rapport officiel canadien sur l’égalité au Canada.

Ce rapport alternatif a été préparé conjointement par le Congrès du travail du Canada et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale, et soumis à une vaste consultation à laquelle a participé la FTQ.

Ce rapport alternatif est largement diffusé en prévision de la 54e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies qui se tiendra à New York au cours des deux premières semaines de mars, et à laquelle participera la FTQ.

La FTQ a décidé d’appuyer le rapport alternatif, mais y aurait ajouté trois éléments supplémentaires d’importance:

  1. la fin des ententes fédérales-provinciales sur les services de garde (et leur financement) décrétée par le gouvernement conservateur de M. Harper dès son accession au pouvoir;
  2. les difficultés d’accès pour les travailleuses aux prestations d’assurance emploi, surtout depuis les modifications à la loi apportées en 1996;
  3. la situation de l’équité salariale au Québec depuis les modifications apportées à la Loi proactive en mai 2009.

Tous ces enjeux ont des répercussions importantes sur la vie des femmes au travail et à l’extérieur du travail, et sur la situation de l’égalité au Québec et au Canada.



Lundi le 22 février 2010 avait lieu, sur la colline parlementaire à Ottawa, une conférence de presse organisée par le CTC, l’ACFAI, l’AFPC et l’ACEE. L’objectif de cette conférence de presse : rendre public le rapport alternatif syndical-féministe pour faire contrepoids au rapport officiel fédéral sur la situation de l’égalité au Canada, rapport un peu trop «positif», compte tenu de la réalité des femmes et des travailleuses, et des reculs subis depuis la tenue, en 1995, de la Conférence internationale des femmes de Beijing et de l’adoption de la plateforme de Beijing.

La FTQ a appuyé le rapport alternatif syndical-féministe.