Femmes et emplois traditionnellement masculins

On peut dire que le dossier des femmes dans des emplois traditionnellement masculins a la cote depuis plusieurs mois, autant à la FTQ qu’ailleurs au Québec !

D’abord, chez nous
En réponse à une résolution du dernier congrès, le Service de la condition féminine de la FTQ se hâte de terminer divers outils destinés aux travailleuses dans des emplois traditionnellement masculins et à leurs syndicats. Ces outils – dont les deux décrits ci-dessous – ont tous pour objectifs de favoriser l’accès des travailleuses dans les métiers, leur assurer l’intégration la plus harmonieuse possible et, conséquemment, leur permettre de rester dans leur emploi.

  • De bonnes pratiques syndicales


Un premier outil tend à faire valoir diverses bonnes pratiques syndicales dans nos rangs. Car il faut le reconnaître : les syndicats peuvent rivaliser d’imagination pour rendre leurs milieux de travail plus égalitaires. De fait, certains se sont dotés de politiques syndicales originales; d’autres, de guides ou de clauses de convention collective audacieuses; d’autres encore, d’accommodements en matière de santé et de sécurité du travail… Souhaitons que ces bonnes pratiques fassent tache d’huile et inspirent de nombreuses autres transformations favorables aux travailleuses dans des emplois à prédominance masculine dans nos syndicats!

  • Outil pour mieux connaître nos droits


Par ailleurs, devant l’évidence d’une méconnaissance généralisée de leurs droits et les demandes répétées des femmes pour y remédier, un outil de référence est en préparation. Il s’agit d’un condensé des principaux droits des femmes liés au travail. Il est destiné à toutes les travailleuses, y compris celles occupant un emploi habituellement réservés aux hommes, qu’elles oeuvrent dans des entreprises de compétence provinciale ou fédérale.

Source : Bulletin NouvElles, Vol. 20, n° 1, Automne 2013, p.4