Session d’orientation pour la délégation syndicale

55e session CCFNU New York fév. 2011

Photos: Sylvie Lépine

New York, dimanche le 20 février 2011

Les déléguées de la FTQ ont participé aux échanges sur les conditions de vie et de travail des femmes de partout. Nous avons pu constater de nombreux points communs : fragilité des acquis, précarité en emploi, privatisation des services publics et accès toujours plus restreints, lutte à la pauvreté (équité salariale, pensions, salaire minimum…), nécessité de services de garde universels et gratuits, etc. D’autres préoccupations sont aussi ressorties sur l’éducation et la violence faite aux femmes, entre autres en ce qui concerne les femmes autochtones.

Partout les femmes vivent les effets de la montée des droites économiques et religieuses et doivent continuer de lutter pour maintenir leurs droits si chèrement obtenus.

Un des points forts des discussions : l’accès de plus en plus limitée aux activités officielles pour les syndicats. La société civile est écartée des débats, ce que nous jugeons inadmissible. Cela ne nous fera pas baisser les bras, au contraire. Nous nous efforcerons d’influencer de toutes les manières possibles les instances décisionnelles et les groupes alliés tout au long de cette 55e session pour faire valoir nos points de vue.

Aujourd’hui, lundi, nous avons participé à une autre très intéressante session d’information du Bureau de l’égalité des genres du BIT sur son travail d’information, de recherches et de soutien, de même que les principes qui doivent guider les pays membres dans l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Nous avons par la suite discuté entre nous de notre participation syndicale canadienne pour la semaine à venir, y compris les moyens à prendre pour démontrer notre mécontentement de ne pouvoir participer pleinement aux activités de la 55e CCFNU.

Louise Mercier, Danielle Legault, Sylvie Lépine (FTQ)