Un parcours long et difficile

Équité salariale

Scène québécoise

1967 : Au congrès de la FTQ, on commence à parler d’«équité salariale».

1973 : Au congrès, les femmes veulent l’égalité de rémunération et l’équité salariale.

1984 : Colloque de la FTQ sur l’accès à l’égalité en emploi pour les femmes.

1989 : Colloque FTQ sur l’équité salariale. La FTQ est membre fondateur de la Coalition québécoise en faveur de l’équité salariale. Les négociations du secteur public sont teintées de relativités salariales; 19 000 fonctionnaires – surtout des femmes – en bénéficient. Au congrès, on adopte la déclaration de politique sur l’équité salariale.

1995 : Marche Du pain et des roses. La FTQ y revendique une loi proactive sur l’équité salariale.

1996 : Les luttes syndicales et des femmes mène à l’adoption de la Loi sur l’équité salariale (LÉS).

1997 : La LÉS entre en vigueur.

1998 : La FTQ met sur pied un Groupe de travail et une coordination en équité salariale. Les syndicats affiliés travaillent à l’équité salariale un peu partout.

2000 : 14 militantes FTQ occupent les bureaux de la Commission de l’équité salariale à Montréal, soutenues par une importante manifestation des syndicats affiliés à l’extérieur.
2002 : La FTQ participe au bilan en équité salariale pour les petites entreprises.

2004 : Jugement Julien qui invalide le Chapitre IX de la LÉS.

2006 : «Règlement» dans le secteur public québécois.

2007 : Évaluation de la LÉS après 10 ans d’application.

Et maintenant!

2007 : Cette année marque les 10 ans d’application de la loi québécoise. Le ministre du Travail en a déposé son rapport à l’Assemblée nationale en novembre 2006. On attend toujours une commission parlementaire à ce sujet et la FTQ s’y prépare avec son Groupe de travail en équité salariale.

Parallèlement, les travaux d’établissement de l’équité salariale se poursuivent là où ce n’est pas terminé, et ailleurs, on s’attaque à la phase suivante, soit l’étape du maintien de l’équité salariale.

À cet égard, Serge Perreault, qui travaille avec le Service de la condition féminine, collabore aussi avec celui de l’éducation à l’élaboration d’un cours spécifiquement sur le maintien de l’équité salariale.

Par ailleurs, à la Commission de l’équité salariale, la nouvelle présidente, Me Louise Marchand, ne fait pas l’unanimité. Comme plusieurs autres organisations, la FTQ s’inquiète du fait qu’elle était l’ex-commissaire au siège réservé aux employeurs à la CÉS.