Quelques mesures à mettre en oeuvre pour plus de sécurité

Voici quelques mesures que nous pouvons mettre en œuvre pour rendre nos voisinages et nos milieux de travail plus sécuritaires :

  1. Apprenons à reconnaître les signes de violence.
  2. Si l’on pense qu’une femme de notre entourage est victime de violence, il est important de communiquer avec elle en toute sécurité et de faire ça en toute discrétion. On peut l’accompagner et la supporter dans sa recherche de solution, l’essentiel est de toujours respecter son rythme et d’agir de manière sécuritaire. Garder la communication ouverte permet de réduire l’isolement.Parallèlement, il est important de vous assurer de vous donner toutes les ressources dont vous avez besoin pour bien accompagner la personne. Se mettre en contact avec des ressources d’aide qui vous permettront d’être supportée à votre tour est une excellente façon de le faire. Vous pouvez contacter SOS-Violence, des centres de femmes ou des maisons d’hébergement à ce sujet.En cas de doute pour la sécurité des personnes, il ne faut pas hésiter à contacter le 911.
  3. Dénonçons les harcèlements, l’intimidation et les violences dans notre entourage et dans nos milieux de travail.
  4. Participons à une formation sur la prévention de la violence, ou organisons-en une.
  5. Refusons toute tentative de banalisation de la violence contre les femmes, parce que la violence, « ça ne fait pas partie d’la job! » (Voir la pièce jointe du Groupe d’aide et d’information sur le harcèlement sexuel de la province de Québec inc. (GAIHST)
  6. Utilisons nos ressources syndicales : notre comité de la condition féminine, mais aussi nos comités exécutifs, de négociation, de santé et sécurité du travail, d’information, d’éducation, notre réseau de déléguées sociales et de délégués sociaux…
  7. Donnons l’exemple et travaillons, ensemble, à rendre nos milieux respectueux et sécuritaires
  8. Ayons le courage de faire un examen de conscience et de travailler à :
  • nous questionner sur nos attitudes et nos comportements;
  • reconnaître et condamner le racisme, l’âgisme, l’homophobie et toutes les autres formes de discrimination;
  • éduquer les enfants à la non-violence en les aidant à trouver des moyens non violents de résoudre les conflits;
  • valoriser les jeunes filles pour ce qu’elles sont, ce qu’elles font. Les accompagner en les invitant à prendre leur place, à faire entendre leur voix et à atteindre leurs rêves. En ouvrant des espaces de discussions et de partages avec les filles et les jeunes femmes autour de vous, vous les inviter à consolider leur estime et leur confiance et les encourager à développer leur plein potentiel;
  • encourager les personnes violentes à obtenir de l’aide et du soutien.